Comment retarder le vieillissement ?

Les soins de la peau

Il est très important d’éviter les radiations solaires. Les dégâts causés par le soleil varient selon le type de peau et sont irréversibles. Le moyen le plus efficace de protection est l’utilisation d’un bon écran total. Eviter aussi le tabac, l’alcool. La pollution, l’utilisation de pesticides, insecticides, la présence de métaux lourds dans notre environnement favorisent le stress oxydant responsable de perturbations dans le fonctionnement de nos cellules et de notre peau.

Surveiller son poids

Le plus grand ennemi de “l’Anti-Aging” est l’excès de poids. L’évaluation du surpoids repose sur le calcul de l’Indice de Masse Corporelle (ou IMC) qui tient compte du poids et de la taille. La valeur de l’IMC permet de déterminer un état : normalité, surpoids ou obésité. Parmi les différentes possibilités envisagées à ce sujet, la seule qui ait donné un effet positif se répercutant sur la durée de vie est le régime hypocalorique:

moins vous prenez de calories, plus longtemps vous vivrez, le secret étant d’apprendre à suivre un régime hypocalorique satisfaisant votre faim et vos goûts, tout en fournissantl’apport nutritionnel quotidien recommandé.

Maintenir la masse musculaire et osseuse

Le coach, la marche, le golf, le vélo, la natation et tellement à découvrir ou redécouvrir…
La perte de la masse musculaire et osseuse constitue un des facteurs essentiels du vieillissement. Le maintien de sa jeunesse est donc proportionnel au maintien de la masse musculaire et osseuse. Éviter d’être sédentaire et d’abuser des différents moyens de confort de la vie moderne. La récupération de la fatigue physique et de la fatigue nerveuse passe bien sûr par un sommeil en qualité et quantité suffisantes. Cela à tous les âges de la vie. Et, pendant le sommeil, de nombreuses fonctions s’accomplissent.

Se protéger de l’effet néfaste des radicaux libres

Les radicaux libres sont produits au cours d’un métabolisme normal. Il s’agit de l’utilisation de l’oxygène dans le processus de la création de l’énergie vitale à nos cellules. Ce processus produit des déchets, appelés radicaux libres, qui sont très néfastes à notre organisme. Le corps humain permet de contrôler, à différentes étapes, la nocivité de ces radicaux libres. La détérioration courante qu’ils infligent à nos cellules réduit leur habilité à fonctionner et favorise leur vieillissement.
Nous pouvons, cependant, nous protéger contre les radicaux libres en prenant des vitamines A, C, E, ainsi que du sélénium. Ces vitamines sont appelées “ACES” ou antioxydants.

En prenant, quotidiennement, la dose adéquate des “ACES”, on contribue à contrôler la vitesse du vieillissement et, par conséquent, à arriver à séparer l’âge chronologique de l’âge biologique.

La réparation et le remplacement des tissus

Elle stimule en particulier la croissance des os et des cartilages ; elle a aussi la propriété d’accélérer la combustion des graisses de réserve et d’augmenter la fabrication des muscles.
Les sécrétions de l’hormone de croissance sont à leur maximum vers l’âge de 13 ou 14 ans, après quoi elles déclinent. Après l’âge de 20 ans, le taux de GH chute de 14 % tous les dix ans. Chez l’enfant, ces fonctions sont particulièrement importantes. La restauration d’un sommeil lent de qualité pourrait éviter cette diminution, avec l’âge, des taux de cette hormone. Ainsi, la production par le cerveau de l’hormone de croissance (dont 60 à 70 % est fabriquée pendant la nuit) semble être étroitement liée à la diminution du sommeil profond. Affaire à suivre, mais la relation entre sommeil et hormones ne fait que commencer !

“Pour lutter contre ses effets, la première des choses est de rappeler les règles hygiéno-diététiques de base, car l’exercice physique, par exemple, stimule certaines sécrétions hormonales, La prescription d’une hormone n’intervient qu’en dernier lieu, avec toutes les précautions d’usage, avec des doses très progressives, dans le respect des fonctions physiologiques de l’individu”.

En vieillissant, nous produisons de moins en moins d’hormone de croissance (ou HGH). Celle-ci, sécrétée par l’hypophyse, agit sur la croissance et sur de nombreux métabolismes.

Prendre soin de son cerveau

S’il existe des raisons physiologiques à la baisse des performances, le vieillissement affecte également la mémoire. On constate une baisse de l’activité psychique et intellectuelle ainsi qu’une tendance à l’isolement.
La mémoire a besoin d’être constamment sollicitée pour bien fonctionner : sa gymnastique doit se poursuivre le plus tard possible. Pour cultiver et préserver sa mémoire, il est recommandé d’une part d’avoir une bonne hygiène de vie, et d’autre part d’exercer sa mémoire. Dans le cas des personnes exemptes de pathologies, plutôt que de chercher à stimuler la mémoire, il est préférable, à tout âge, de la cultiver. Si le XXe siècle nous a apporté l’espérance d’une vie plus longue, le XXIe doit nous faire profiter d’une longue vie en bonne santé.

    Anti aging : un processus très développé aux Etats-Unis pour retarder le vieillissement .