Les plasties mammaires

Correction des seins trop gros et/ou qui tombent : les plasties mammaires

Quelles sont les indications ?

L’intervention est indiquée en cas de chute et/ou d’excès de volume des seins, c’est à dire en langage médical : ptôse et/ou hypertrophie mammaire. L’objectif est donc de les remonter, éventuellement en réduisant leur volume.

Avant l’intervention, une mammographie est systématiquement prescrite. Des études très importantes ont été menées pour savoir si une intervention chirurgicale pouvait favoriser l’apparition d’un cancer du sein. Elles ont toujours été négatives et ont même souligné au début qu’un certain nombre de petits cancers ont été découverts et enlevés grâce à l’intervention esthétique.

D’autre part, des seins trop volumineux et trop lourds retentissent au niveau dorsal et cervical par une attitude dos voûté et des douleurs. La situation est souvent aggravée par une mauvaise posture due au complexe, notamment chez la jeune fille.

Le bénéfice apporté par l’intervention est donc triple :

  • Esthétique, bien sûr.
  • Fonctionnel en amendant les dorsalgies et en permettant la pratique d’activités, notamment sportives, jusqu’alors trop pénibles voire impossibles.
  • Psychologique, enfin effaçant ce complexe handicapant.

C’est cette hypertrophie mammaire de la jeune fille que l’on peut opérer dès 16 ou 17 ans.

Comment se déroule l’intervention ?

Elle se déroule sous anesthésie générale.

En fait, chaque poitrine est un cas particulier et on peut envisager différentes situations :

  • La simple ptôse mammaire où l’on ne fait que remonter et regalber les seins où l’anesthésie sera semi-générale avec une hospitalisation de quelques heures et une cicatrice seulement autour de l’aréole, c’est à dire à la limite entre une peau colorée et une peau claire donc, peu visible car dans une limite naturelle
  • L’hypertrophie mammaire importante, où l’on passe d’un bonnet E ou F au bonnet B avec parfois 2 kg à réséquer par sein ; l’anesthésie est générale avec une hospitalisa-tion de 48 heures et une cicatrice en forme de “T inversé” avec une cicatrice autour de l’aréole, une cicatrice verticale qui descend de l’aréole au sillon sous mammaire et une cicatrice dans le sillon sous mammaire. Même dans les cas extrêmes, les techniques permettent d’éviter les zones de l’aisselle et du sternum qui sont des zones visibles dans les décolletés et les vêtements échancrés.

Entre ces deux extrêmes tout est possible :

  • Cicatrice autour de l’aréole + cicatrice verticale
  • Cicatrice autour de l’aréole + cicatrice verticale + une petite cicatrice horizontale

L’intervention se déroule en position semi-assise, ce qui est la garantie d’un résultat esthétique parfait et symétrique.
Les suites opératoires sont peu douloureuses. Au réveil, on se retrouve avec un pansement en forme de soutien-gorge, que l’on garde une semaine.

Quelles sont les suites opératoires ?

A la sortie de clinique, un traitement antibiotique et antidouleur est prescrit. Au 6ème jour post-opératoire, le pansement est retiré. Il faut alors porter, jour et nuit, pendant un mois, un soutien-gorge sans armatures, de la taille de la nouvelle poitrine.

Tous les types de soutien-gorge peuvent être utilisés par la suite.
Les fils sont des surjets intradermiques qui se résorbent seuls.
Le sport est déconseillé pendant 6 semaines.
Le soleil est déconseillé en exposition directe sur les seins et les cicatrices pendant 1 an, mais avec un maillot de bain, l’exposition au soleil est permise au bout d’un mois.

La forme de la poitrine est belle tout de suite, mais ne sera réellement parfaite qu’au bout de 2 à 3 mois.

En conclusion

Les plasties mammaires sont des interventions qui donnent de grandes satisfactions surtout dans le cadre d’hypertrophies mammaires importantes de la jeune fille.

De plus, la sensibilité du mamelon est en principe conservée, l’allaitement restant possible après ce type d’intervention. Il n’est donc pas nécessaire de trop attendre pour opérer les hypertrophies importantes de la jeune femme. Il est possible de le faire dès 17 ans pour éviter l’apparition ou l’aggravation des troubles de la statique vertébrale.

Il est aussi recommandé d’opérer les hypertrophies invalidantes même après l’âge de la ménopause.

Enfin, la plastie mammaire peut s’associer dans certains cas de seins plats et tombants à la pose d’implants mammaires d’augmentation.

    La forme de la poitrine est belle tout de suite, et sera réellement parfaite au bout de 2 à 3 mois.

    Poitrine plastie